Suite aux mesures sanitaires actuelles, nous restons à vos côtés, par téléphone, email ou visio-conférence. Contactez-nous

Enterrement ou crémation, comment choisir?

 

Le défunt désirait-il être inhumé ou incinéré? Telle est bien souvent la première question que l’on vous pose au décès d’un proche. Il n’y a pas de mauvais choix, mais la meilleure option est celle qui respecte le désire du défunt.

 

Choisir entre incinération et inhumation

Ce n’est pas évident de parler de sa mort avec ses proches. On n’en a souvent pas envie. On repousse la discussion. Et pourtant, c’est important de discuter de vos dernières volontés pour que vos proches sachent quoi faire le jour où vous partirez. Peut-être y a-t-il un endroit particulier où vous voudriez reposer. En discuter préalablement permet d’éviter à votre famille de devoir se pencher sur la question dans un moment douloureux. Cela évite également d’éventuels conflits au sein de la famille. 

 

Le choix de la crémation 

L’incinération, aussi appelée crémation, est de plus en plus fréquente, mais reste tout de même minoritaire par rapport à l’inhumation. La grosse différence entre les deux réside dans le coût. En effet, le prix d’une crémation et moindre que pour un enterrement. Il faut compter entre 1000 et 4000€ en moyenne. Cela s’explique par le fait qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une sépulture. Les cendres peuvent soit être disposées dans une urne funéraire que la famille peut conserver, soit répandre les cendres soit disposer l’urne dans un columbarium au cimetière. 

Ce type de cérémonie qui se déroule au crématorium peut paraître plus froid voire même déranger certaines personnes étant donné que la dépouille du défunt va disparaître dans les flammes pour finir en cendres.  Cette pratique n’est d’ailleurs pas appréciée par les religions musulmanes ou juives, notamment, chez qui le corps à une dimension sacrée. Les hindous et les bouddhistes, eux, au contraire préconisent ce rituel. L’attente nécessaire pour récupérer l’urne funéraire contenant les cendres du défunt peut également être un moment un peu particulier, raison pour laquelle la symbolique de la mise en terre est parfois privilégiée. 

Pour d’autres, le fait de pouvoir recueillir les cendres de la personne décédée dans une urne est particulièrement apprécié puisqu’elle permet de conserver une partie du défunt en quelque sorte. Les proches ont alors l’impression que la personne est encore un peu avec eux. 

 

Le choix de l’enterrement

L’inhumation est un rite funéraire qui consiste à placer le cercueil contenant la dépouille du défunt sous terre, dans une concession ou un caveau. L’enterrement a un côté plus traditionnel fort apprécié notamment parce qu’il offre un endroit où l’on peut venir se recueillir en souvenir de la personne décédée.

En effet, la tombe dédiée à la personne disparue apporte un côté plus personnel qu’un columbarium ou un champ de dispersion de cendres dans le cas d’une crémation. D’autant que les concessions peuvent être familiales. Le défunt repose alors auprès des siens, une valeur hautement symbolique que l’on ne retrouve pas dans la crémation. La concession et la pierre tombale justifient la différence de coût entre l’enterrement et l’incinération. Il faut compter en moyenne entre 3000€ et 15 000€ pour un enterrement, comprenant la pierre tombale.