file
Suite aux mesures sanitaires actuelles, nous restons à vos côtés, par téléphone, email ou visio-conférence. Contactez-nous
Plongez au coeur
de notre showroom
virtuel
Duik in het hart
van onze virtuele
winkel!

Inhumation ou crémation ? Une alternative trompeuse

 

Après les obsèques, l’endroit où reposent les restes d’un défunt se nomme une sé­pulture, quels que soient le lieu et le mode funéraire employé. C’est à la famille du défunt de prendre les dis­positions nécessaires pour le choix d’une sépulture.

Des informations proposées sur les obsèques, il ressort encore fréquemment l’impression que tout se résumerait à une alternative entre « in­humation » (ou « enterrement », les deux mots sont sy­nonymes), d’une part, et « crémation », de l’autre.

Cette approche binaire s’ex­plique par le fait qu’il y a peu encore, les défunts étaient placés en cer­cueil et donc inhumés ; la crémation n’est apparue que plus tard, avant de gagner pro­gres­sivement en importance (à vrai dire, elle devrait même devenir majoritaire d’ici peu, surtout en ville !).

Cette formulation en deux termes exclusifs l’un de l’autre n’est cependant pas représentative des possi­bilités de sé­pultures actuelles. En effet, les cendres d’un défunt peuvent parfaitement être en­suite in­hu­mées ; c’est même un choix qui est de plus en plus fréquemment adopté par les défunts dans leurs dispo­sitions pour cause de mort, ou par les familles.

En Belgique, les formalités pour une inhumation ou une crémation sont les mêmes. Dans les deux cas, il faut produire un certificat de décès, signé par le médecin qui a constaté la mort. En cas de constat d’une mort violente ou suspecte, un permis d’inhumer du procureur de Roi est également nécessaire.

Cet article sert d’introduction à une série d’une demi-douzaine de textes courts dédiés à la pré­sentation des rites funéraires en Belgique. Pour de plus amples informations, et pour un accom­pagnement aussi discret qu’efficace dans votre processus de deuil, contactez-nous !